1
1
En
C’était le futur

Tout dessin de conception architecturale constitue en soi une projection dans l’avenir, mais certaines projections dépassent leur contexte immédiat pour révéler quelque chose de plus vaste – et de particulièrement pertinent pour leur époque. Les courants d’angoisse ou d’optimisme qui traversent les moments présentés dans ce dossier sont certes identifiables, mais il ne faudrait pas se leurrer en pensant qu’ils sont familiers : il s’agit de futurs du passé, auxquels nous ne sommes jamais parvenus. Ils restent ainsi en suspens, révélant à notre esprit des axes possibles de compréhension des problématiques contemporaines.

Article 3 de 13

2008 : Survie 3000

Texte de Damon Rich

Pause
00:00:00
00:00:00

Réalisé par Damon Rich. Tournage et production, Sandia Faucon. Animations graphiques de Stu Weiner.

Victor a tenté de nous sauver avec sa voiture hybride avant la catastrophe. Mais, rejoints par l’eau, nous avons abandonné l’auto. Nous nous rassemblons dans un immeuble. Nous avons peur, car l’eau monte. Nous sommes coincés sur le toit. Tout à coup, un bateau de la Marine canadienne vient nous secourir et nous emmène au CCA. Le bateau arrive par le boulevard René- Lévesque. Il heurte un immeuble et sa coque se transperce. Nous devons sauter dans les canots de sauvetage et ramer jusqu’à la terre ferme. Des gens qui semblent être des rescapés ont déjà formé une équipe au CCA. Ils nous aident à nous mettre à l’abri.

Au CCA, tous les gens qui veulent vivre commencent à rebâtir leur maison à neuf. Nous n’avons que des pneus, du carton, du bois, des tapis, des couvertures, des lits, des oreillers et quelques autres objets. Deux jours plus tard, tous les abris sont finis, mais l’eau a détruit la moitié de Montréal. Les citoyens se mettent d’accord pour partager les tâches d’une nouvelle vie en l’an 3000. Nous construisons d’autres maisons, des jardins, des hôpitaux, des ateliers de construction, des fermes, des cimetières, des magasins, etc.

– Habitants du CCA, an 3000

Parce qu’elle peut servir de portail pour une intense exploration interdisciplinaire, l’architecture peut avoir une contribution essentielle à une nouvelle dynamique des cours d’éducation civique. Certes, de tels programmes sont partie prenante de l’architecture depuis Vitruve, mais aujourd’hui, il faut plus qu’un socle, une colonne et un chapiteau pour exprimer la nature et la personnalité de notre société. L’éducation civique doit faire le lien entre les lieux où nous passons quotidiennement nos vies et les systèmes complexes et abstraits qui les façonnent, économie, écosystèmes et politique.

Un programme intégré d’architecture, où histoire, débats et méthodologies de la discipline serviraient à tout enseigner, des mathématiques à l’écriture en passant par l’histoire, permettrait d’atteindre certains des objectifs mêmes de la formation actuelle en architecture pour les jeunes. Cependant, pour justifier sa prise en compte comme sujet intégré plutôt que compartimenté, l’architecture ne doit pas être enseignée comme un savoir spécialisé, mais comme un processus social. En partant du fait que les pyramides d’Égypte furent érigées par des esclaves, les élèves doivent s’intéresser à la dynamique du pouvoir de construire et de la mise en valeur du bâti.

Plutôt que de mémoriser des styles, les élèves tireraient un plus grand avantage à comprendre pourquoi les bâtiments de leur propre environnement ont l’apparence et la fonction qu’ils ont. Ils gagneraient également à être exposés à des visions d’avant-garde, de la Walking City au cénotaphe de Newton, de Boullée. Le photomontage d’un bâtiment futuriste est un excellent point de départ à la discussion; toutefois, le dialogue ne doit pas s’arrêter à la seule imagination formelle, mais explorer en quoi de telles propositions façonneraient le domaine public et comment elles pourraient être mises en œuvre.

Les potentiels formateurs de l’architecture ne sont pas menacés par des éducateurs béotiens ou des budgets exsangues, mais par la culture du design elle-même. Si nous estimons que la politique compromet parfois de bons concepts, nous minons le rôle de l’architecture en tant que médiateur entre valeurs sociales et forme bâtie, un processus intrinsèquement politique. Si nous insistons trop fermement sur la division entre « architecture » et « bâtiment », nous édulcorons le large accès aux plaisirs de l’environnement physique. Les praticiens qui comprennent cette déconnexion entre la sphère publique et l’exigence de l’éthique professionnelle saisiront toutes les occasions d’énergiser, et non de réfréner, l’imagination du public.

Encourager chacun et chacune à contribuer au façonnement de notre environnement physique est une composante essentielle d’une société libre. Laisser s’exprimer la population la plus large possible demeure un défi politique : malgré la décentralisation des autorités urbanistiques qui a balayé le pays dans les années 1960, la plupart des gens ne jouent pas un rôle actif dans la définition de leur environnement physique. Une pratique démocratique du design ne signifie pas que tout le monde doive fréquenter les écoles d’architecture, mais plutôt que l’architecture pourrait entrer à l’école de chacun et chacune.

Survie 3000 était le premier camp du jour du CCA. Le programme a été développé dans le cadre de l’exposition 1973 : Désolé, plus d’essence, et en collaboration avec le commissaire invité Damon Rich. Durant une semaine en novembre 2008, un groupe de 11 élèves de l’école secondaire Accès Nord, dans le nord de Montréal, ainsi que le personnel des Programmes éducatifs du CCA ont mis en scène un scénario se déroulant en l’an 3000, précédé par une crise mondiale de l’énergie et du climat. Informés que leur école et tout le voisinage sont maintenant submergés, les membres du groupe entreprennent de bâtir une nouvelle société dotée de nouvelles règles et d’une nouvelle architecture. Tout a été documenté sur vidéo par l’omniprésente équipe de prise de vue pour une « téléréalité » réalisée, a-t-on appris, sur l’aventure.

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (Optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d'un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins une semaine pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d'archives, etc.)
  • — au moins 24 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...