Organisée par Greg Lynn, Archéologie du numérique examine les fondements de l’architecture numérique à la fin des années 1980 et au début des années 1990 à partir de quatre projets précurseurs qui ont réorienté la recherche architecturale en s’appuyant sur l’expérimentation de nouveaux outils numériques : la résidence Lewis conçue par Frank Gehry (1985-1995), le Biozentrum non réalisé de Peter Eisenman (1987), les sphères déployables de Chuck Hoberman (1992), et la structure des toitures des complexes sportifs municipaux d’Odawara (1991) et de Galaxy Toyama (1992) conçues par Shoei Yoh.

Ces quatre architectes se sont tournés vers l’informatique pour répondre à des besoins différents, et ce faisant, ils ont créé quatre axes bien définis de l’évolution architecturale. Chez Frank Gehry, l’informatique a déterminé l’élaboration d’un langage de dessin expressif. Sa série de dessins pour la résidence Lewis, non achevée, révèle une interaction fascinante entre les simulations informatisées en 3D et les maquettes physiques, qui a conduit à la création d’un nouveau vocabulaire architectural. Dans le projet qu’il propose pour le centre de biologie de l’Université J. W. Goethe à Francfort-sur-le-Main, Eisenman se sert de langage script pour créer différentes itérations de représentations abstraites de structures d’ADN. L’informatique est au cœur du dôme Iris et des sphères en expansion de Chuck Hoberman, car elle lui a permis de réaliser des calculs géométriques complexes. Pour les toitures du complexe sportif municipal Galaxy Toyama et celui d’Odawara (jamais construit), Shoei Yoh a eu recours à une production informatisée afin de varier les longueurs des membres structuraux; il a ainsi pu créer des formes sculpturales de toit acceptant de lourdes charges.

Archéologie du numérique s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche étendu sur plusieurs années, que le CCA a lancé pour examiner le développement et l’usage de l’informatique en architecture. C’est la première étape des objectifs stratégiques que s’est fixés le CCA de créer une collection d’architecture numérique. Ce projet étalé sur trois ans, qui inclut des expositions, des séminaires, des programmes publics et des publications, favorisera la recherche axée sur deux sujets critiques insuffisamment abordés : comment collectionner, archiver et cataloguer la documentation numérique; et comment l’exposer et la rendre accessible au public et aux chercheurs.

Suivez une conversation entre Greg Lynn et:
Peter Eisenman, l’architecte du Biozentrum;
Frank Gehry, l’architecte de la résidence Lewis en Ohio;
Chuck Hoberman, concepteur du dôme Iris;
Shoei Yoh, l’architecte des complexes sportifs d’Odawara et de Galaxy Toyama.

Le 8 mai, de 14 h à 18 h, Greg Lynn discutera des fondements de l’architecture numérique avec Peter Eisenman, Chuck Hoberman et Shoei Yoh. Une publication parue en coédition avec Sternberg Press accompagne l’exposition. Lisez un extrait de l’introduction de Greg Lynn.

Au nombre des autres étapes du projet, on a prévu la trousse à outils de 2013, une école d’été du CCA destinée aux étudiants diplômés et une seconde exposition semblable à Archéologie du numérique, qui prendra l’affiche au printemps de 2014.

Une introduction à l’exposition avec le commissaire Greg Lynn :

Une visite guidée de l’exposition avec le commissaire Greg Lynn :


envoyer
pdf imprimer

Crédits :

Greg Lynn, commissaire
Jonathan Hares, design graphique