Anxious Modernisms: Experimentation in Postwar Architectural Culture

Publication, janvier 2000

Les deux décennies suivant la Deuxième Guerre mondiale sont considérées en général comme une période ambiguë en architecture, entre modernisme moribond et futur postmodernisme. Pourtant, cette perspective néglige un aspect important de l’histoire de l’architecture, le développement d’un modernisme puissant et en évolution. Les essais dans Anxious Modernisms révèlent qu’un grand nombre d’architectes et de théoriciens de l’après-guerre – dont Saarinen et Rudofsky aux États-Unis, ATBAT-Afrique au Maroc, Price et les Smithson en Angleterre, Bakema aux Pays-Bas et les métabolistes au Japon – étaient déterminés à renouveler l’héritage du modernisme plutôt qu’à l’abandonner. Chacun des textes étudie une personne ou un mouvement qui réfléchit sur le modernisme en réaction aux développements alors en cours dans et à l’extérieur de la profession. Ils révèlent les nombreuses préoccupations qui dominaient le discours de l’époque, notamment l’authenticité, le lieu, la liberté individuelle et la culture populaire. De plus, l’introduction et la conclusion traitent des thèmes critiques de l’architecture d’après-guerre et proposent un cadre pour conceptualiser le modernisme architectural et son évolution après la guerre. Les essais sont signés Réjean Legault, Maristella Casciato, Monique Eleb, Sarah Williams Goldhagen, Sandy Isenstadt, Mary Louise Lobsinger, Reinhold Martin, Francesca Rogier, Timothy M. Rohan, Felicity Scott, Jean-Louis Violeau, Cornelis Wagenaar et Cherie Wendelken.

Anxious Modernisms résulte d’une collaboration entre la Graduate School of Design (GSD), de Harvard University, et le Centre d’étude du CCA. Mises en oeuvre par Goldhagen, deux conférences portant principalement sur l’architecture de l’après-guerre ont mené à la production de ces douze essais. La première, « Reconceptualizing the Modern: Architectural Culture, 1943–1968 », a eu lieu à la GSD à Harvard au printemps 1998. Vingt-quatre présentateurs ont fourni une vaste vue d’ensemble de la période et de ses protagonistes. La deuxième conférence, « Anxious Modernisms: Postwar Architectural Culture, 1943–1968 », s’est tenue au CCA au printemps 1999. En se concentrant sur des questions jugées essentielles pour la période, onze conférenciers ont présenté des études sur les mouvements et les personnes confrontés à l’héritage du modernisme du XXe siècle.

Sous la direction de Sarah Williams Goldhagen et Réjean Legault
Essais de Maristella Casciato, Monique Eleb, Sarah Williams Goldhagen, Sandy Isenstadt, Mary Louise Lobsinger, Reinhold Martin, Francesca Rogier, Timothy M. Rohan, Felicity Scott, Jean-Louis Violeau, Cornelius Wagenaar, et Cherie Wendelken
Conception graphique de Glenn Goluska

Publié en anglais
Coédité avec The MIT Press
Relié ou broché, 336 pages

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom
En vous abonnant, vous acceptez de recevoir notre infolettre et communications au sujet des activités du CCA. Vous pouvez vous désabonner en tout temps. Pour plus d’information, consultez notre politique de confidentialité ou contactez-nous.

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Veuillez remplir ce formulaire pour faire une demande de consultation. Une copie de cette liste vous sera également transmise.

Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins une semaine pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d’archives, etc.)
  • — au moins 24 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...