1
1
En
C’était le futur

Tout dessin de conception architecturale constitue en soi une projection dans l’avenir, mais certaines projections dépassent leur contexte immédiat pour révéler quelque chose de plus vaste – et de particulièrement pertinent pour leur époque. Les courants d’angoisse ou d’optimisme qui traversent les moments présentés dans ce dossier sont certes identifiables, mais il ne faudrait pas se leurrer en pensant qu’ils sont familiers : il s’agit de futurs du passé, auxquels nous ne sommes jamais parvenus. Ils restent ainsi en suspens, révélant à notre esprit des axes possibles de compréhension des problématiques contemporaines.

Article 14 de 14

1935 : Votre maison comme abri anti-aérien

Texte de David Monteyne

Une boîte contenant un groupe des publications sur les précautions relatives aux attaques aériennes et à la défense, publiées entre 1935 et 1954 et tenues au CCA. BIB 189773

Deux ouvrages et quelques soixante et une publications du gouvernement britannique rejetés par la bibliothèque municipale de York (York Public Library) sont réunis dans un coffret de la Collection du CCA. Les publications regorgent de conseils et de plans dessins très convaincants illustrant, avec un aplomb tout Churchillien, « les caractéristiques idéales de tout bâtiment ainsi que celles à éviter en regard des effets perturbateurs des bombardements aériens. »

Une histoire de la seconde guerre mondiale sur le front britannique transparaît à travers les titres de ces publications. La collection commence en 1935 avec une publication du Home Office (ministère de l’intérieur britannique) intitulée « Air Raid Precautions » (précautions à prendre en cas d’attaque aérienne) qui commence en précisant que son existence « n’implique en rien un risque de guerre imminente ». Trois ans plus tard, le ministère confirme les craintes grandissantes en publiant un « Pamphlet on Garden Trenches » (manuel sur les abris anti-bombardement personnels) et « The Duties of Air Raid Wardens. » (les devoirs du préposé aux attaques aériennes). Dans cette dernière publication, des notes manuscrites donnent les noms et adresses de préposés locaux ainsi que d’autres employés du gouvernement à contacter en cas d’urgence.

Les ouvrages publiés en 1939 témoignent des intenses préparatifs à la guerre à l’échelle nationale. Le bureau du Lord du sceau privé s’adresse directement au peuple à propos de « ce que vous devez savoir au cas où la guerre éclaterait » : alertes en cas d’attaque aérienne, masques à gaz, panne majeure d’électricité, etc. Les industries et les institutions se voient donner des conseils quant au « Camouflage de bâtiments et équipement d’envergure » (y compris des échantillons de couleurs) et aux « précautions à prendre en cas d’attaque aérienne à l’attention des musées, des galeries de peinture et des bibliothèques publiques ».

Dès 1941 émerge la pertinence d’un autre mode de préparation : « Conseils au public en cas d’invasion ». L’année suivante, ces simples conseils cèdent la place à des « Instructions fermes à l’attention des comités spéciaux en charge des invasions (confidentiel) » et autres considérations telles que « Tribunaux en zone de guerre » et « Pouvoirs – étendus du gouvernement - en cas d’urgence nationale ».

L’invasion n’a jamais eu lieu et la collection est restée la même jusqu’en 1949, avec ses dix-huit fascicules reliés au cordon bleu en un volumineux ouvrage intitulé « Civil Defence Manual of Basic Training » (Manuel de défense sur l’entraînement de base). Il est plausible de penser que ces ouvrages sont représentatifs des réimpressions de documents de la Seconde guerre mondiale, comme en témoignent les intercalaires à propos de « l’avènement de la bombe atomique » soigneusement ajoutés aux fascicules par les bibliothécaires en charge du référencement.

Ce manuel traitant de défense en période de guerre froide constitue une étape intéressante en regard des techniques actuelles en termes de sécurité intérieure telles qu’utilisées par les architectes et autres spécialistes aux Etats-Unis et ailleurs. Comme l’illustre cette pièce de la Collection du CCA qui couvre deux décennies, les bases de la défense telle qu’envisagée par les anglo-américains étaient jetées : abris – qu’ils soient publics ou privés, prévention des incendies et procédures de décontamination, sauvetage et premiers soins, plans d’urgence en approvisionnement en nourriture, et renforcement des bâtiments contre les attaques - que les britanniques appellent défense structurelle (« structural defence »).

Pendant la période qui voit les États-Unis établir leurs politiques en matière de défense, aux alentours de 1951, les autorités s’inspirèrent grandement du modèle britannique pour leurs publications. Au fil de nombreuses transformations d’ordre bureaucratique, le « U.S. civil defence agency » (ministère de la défense) devient le FEMA, qui transférera ses compétences en matière d’attaques ennemis au « Department of Homeland Security » (ministère de l’intérieur) après le 11 septembre 2001. La lecture des manuels traitant d’organisation de la sécurité et de planification révèlent aujourd’hui encore les mêmes considérations quant aux « caractéristiques idéales de tout bâtiment et celles à éviter » en cas d’attaque aérienne ou à la voiture piégée.

David Monteyne était chercheur invité au CCA en 2008-2009. Une sélection de ces publications a été présentée dans le cadre de notre exposition Architecture en uniforme en 2011.

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom
En vous abonnant, vous acceptez de recevoir notre infolettre et communications au sujet des activités du CCA. Vous pouvez vous désabonner en tout temps. Pour plus d’information, consultez notre politique de confidentialité ou contactez-nous.

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Veuillez remplir ce formulaire pour faire une demande de consultation. Une copie de cette liste vous sera également transmise.

Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins une semaine pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d’archives, etc.)
  • — au moins 24 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...