Dans l’œil du cyclone, les pieds sur terre

Sam Carter-Shamai, Jingru (Cyan) Cheng et Chen Zhan, Tania Gutiérrez-Monroy, Martyna Miller, Neady Oduor, Erin Putalik, Tiffany Shaw, et Masamichi Tamura

Robert Adams, Longmont, Colorado, 1973. Impression gélatine d’argent, 15.1 x 19.2 cm. Collection du CCA © Robert Adams, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco

Être « dans l’œil du cyclone », c’est vivre et travailler dans un contexte d’érosion du littoral, de sécheresses et de tempêtes violentes; c’est reconnaître à quel point la crise climatique présente transcende tout et nous emporte tous autant que nous sommes dans son tourbillon. Nous vivons à une époque de désorientation collective qui frappe les communautés marginalisées, souvent parmi les plus dépendantes du territoire. Le Programme de recherche multidisciplinaire Mellon du CCA est actuellement le cadre d’un projet qui donne priorité à des modes d’orientation novateurs et impérieux qui demandent aux designers liés à la Terre et à leurs alliés d’ancrer et de mettre en valeur le territoire : celui détenu par d’autres et celui revendiqué, regagné et non cédé. Le programme embrasse des projets de recherche et de design qui sont spécifiques à un lieu, corrélés au climat, attentifs à l’histoire et collaboratifs. En tant que condition collective et universelle, le fait d’être « dans l’œil du cyclone » appelle à des pratiques de protection des terres à la hauteur de l’intensité de la tempête.

Les pratiques de design ancrées dans le territoire qui priorisent un aménagement basé sur les relations sociales et écologiques ont le potentiel de créer, soutenir et promouvoir des espaces à même d’assurer notre survie dans un monde de plus en plus divisé. Ce programme de recherche réunit praticiens et chercheurs travaillant en architecture de paysage, architecture et domaines connexes, et ayant à cœur l’arrimage du territoire par la construction communautaire, les interventions contextualisées et sa définition en fonction des réalités environnementales quotidiennes. Il met de l’avant des pratiques territoriales régénératrices qui s’affranchissent des cloisonnements disciplinaires entre architectes et architectes de paysage pour se concentrer sur des dimensions écologiques comme la santé des sols, la géologie et la botanique, pour ne citer que celles-là. Les acteurs de l’architecture de paysage, l’architecture et leurs domaines connexes gagnent à apprendre des territoires endommagés qui n’ont eu d’autre choix que la résilience. Le design ancré dans le territoire a le potentiel de devenir un mode collectif d’investigation, lequel est susceptible de créer de nouvelles pratiques collaboratives dans les champs de l’écologie et des terres, de la construction des paysages et des infrastructures, ainsi que des œuvres architecturales. Pour les praticiens, chercheurs et militants dans les domaines de l’architecture de paysage, de l’urbanisme, des études autochtones et postcoloniales, de l’écologie politique, entre autres, prendre soin du territoire est une démarche de réflexion sur notre propre milieu.

Le projet se déroulera sur 18 mois, et comprendra trois ateliers avec des experts invités. Les chercheurs Mellon contribueront à l’atteinte de différents objectifs et résultats du projet de recherche en réalisant des projets individuels dans une démarche de dialogue avec le groupe et le CCA, en concourant à un projet collectif conçu par le groupe et en effectuant un travail critique sur la collection du CCA et les ouvrages de sa bibliothèque.

Ce programme ancre le design dans le territoire en tant que moyen d’action collective à même d’apporter des solutions aux manifestations concrètes actuelles de la crise climatique. Les participants exploreront et redéfiniront les délimitations sociales et professionnelles de l’architecture et de l’architecture de paysage pour promouvoir une méthode collaborative de réaction aux conséquences des désastres, naturels ou pas. Dans une optique de précision historique et théorique, les projets s’intéresseront à la manière dont les interventions fondées sur le territoire peuvent déboucher sur une forme citoyenne de mobilisation et de militantisme, que ce soit aujourd’hui, par le passé ou pour l’avenir.

Chercheurs Mellon

Sam Carter-Shamai travaillera sur la relation historique de sa famille avec les terres de Carter’s Creek (Chesapeake Bay/Tidewater, Virginie) dans le but d’explorer les notions d’identité diasporique, de résilience intergénérationnelle et d’intendance des cultures intrinsèques à travers les institutions communautaires, en particulier dans les régions côtières vulnérables aux effets du changement climatique. Carter-Shamai siège sur le conseil d’administration du Neighborhood Land Trust et il est le Early Career Canadian Urban Leader 2024-2025 à l’Université de Toronto.



Jingru (Cyan) Cheng et Chen Zhan élaborent un cadre de pratique de terrain qui aborde de manière empirique l’interconnexion propre à l’environnement bâti à travers les chaînes d’approvisionnement et les écosystèmes. Leur démarche se traduit par un travail de recherche appliquée dans le bassin du fleuve Mékong, complété par un dialogue avec différents praticiens de terrain. Cheng (boursière Wheelwright Prize de la Harvard GSD) et Zhan (architecte ARB, anthropologue, réalisatrice indépendante) forment un binôme basé au Royaume-Uni et en Chine, œuvrant à la croisée de l’architecture, de l’anthropologie et de la cinématographie.



Tania Gutiérrez-Monroy propose une lecture spatiale des maillages de la résistance autochtone créés par le Congreso Nacional Indígena (Mexique). Le projet mettra l’accent sur les formes de contestation par lesquelles les militants autochtones participent de la compréhension essentielle d’une humanité faisant « partie intégrante du territoire ». Gutiérrez-Monroy, qui travaille à des moyens de mettre ses recherches au service de l’activisme, est professeure adjointe à l’école d’architecture et d’architecture de paysage à l’Université de Colombie-Britannique.



Martyna Miller propose un projet de soutien mutuel ayant pour cadre les terres et le paysage de Bory Tucholskie, en Pologne, après les dévastations causées par l’ouragan. La démarche se fonde sur un suivi en parallèle des bouleversements subis par le paysage et du travail collectif pour créer une plateforme où s’expriment sentiments de perte, liens avec la forêt telle qu’elle était avant la catastrophe, maintenant et dans un avenir possible. Miller est une artiste interdisciplinaire, anthropologue et co-initiatrice du projet DOMIE à Poznań, en Pologne.



Neady Oduor oriente ses recherches vers la dépossession des terres qui prive les populations marginalisées de leur territoire autochtone, ancestral et obtenu. S’appuyant sur le documentaire comme outil d’exploration, de mobilisation et de financement, Oduor œuvre à la création d’une pratique archivistique vivante qui rend compte des histoires personnelles de 40 femmes du quartier de Kariobangi (à Nairobi, au Kenya) qui ont été évincées et déplacées de leur milieu au cours de la pandémie de COVID-19. Oduor est une architecte, designer, féministe, chercheuse kenyane; elle est également organisatrice pour le Women’s Collective Kenya.



Erin Putalik mène un projet qui s’inscrit dans le contexte élargi du littoral médio-atlantique étasunien, mais plus particulièrement centré sur la côte orientale de la Virginie, dans le comté d’ Accomack, sur la rive sud du détroit de Pocomoke et à l’extrémité nord de la baie de Beasley. Putalik s’intéresse aux relations entre infrastructures agricoles historiques et pratiques territoriales contemporaines sur la côte Est. Putalik est professeure adjointe en architecture de paysage et en architecture à l’école d’architecture de l’Université de Virginie.



Tiffany Shaw invite à régénérer les pratiques d’utilisation des terres, à encourager le processus narratif et le rappel de la mémoire, ainsi qu’à retisser des liens avec le territoire dont sa famille a été délogée au cours de sa propre vie. Ce projet met en lumière les politiques de titre autochtone et de mutation écologique au sein d’une région riche en ressources. Shaw se rendra à Fort McMurray (en Alberta, au Canada) en quête des territoires de piégeage de sa famille, sur lesquels cette dernière n’a plus aucun droit. Métisse, Shaw est architecte (Reimagine Architects), artiste et commissaire. Elle dirige Reimagine Gathering à Edmonton.



Masamichi Tamura s’appuie sur l’écologie du paysage et l’étude architecturale pour considérer l’eau en tant que protagoniste de la continuité matérielle urbaine et explorer ses représentations alternatives dans le cadre d’un travail mené sur le terrain dans la zone d’Yukigaya-Ishikawadai à Tokyo, secteur résidentiel générique en face d’une vallée fluviale urbanisée. Ces recherches permettront de dégager des perspectives typologiques et des préconisations en matière d’aménagement du paysage rapprochant acteurs organiques et inorganiques, dans l’idée de faire progresser des collectivités urbaines ayant en commun des risques climatiques latents. Tamura est doctorant en architecture à l’Institut de technologie de Tokyo, au Japon.

Projet de recherche multidisciplinaire Mellon-CCA

Responsables du projet de recherche multidisciplinaire CCA–Mellon
Giovanna Borasi, directrice, CCA
Rafico Ruiz, directeur associé, Recherche, CCA

Consultants externes
Azzurra Cox, Université de Pennsylvania
Jane Mah Hutton, Université de Waterloo
Momoyo Kaijima, ETH Zurich/Atelier Bow Wow

Il s’agit du sixième et dernier projet de recherche multidisciplinaire Mellon du CCA; consultez nos projets antérieurs.

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom
En vous abonnant, vous acceptez de recevoir notre infolettre et communications au sujet des activités du CCA. Vous pouvez vous désabonner en tout temps. Pour plus d’information, consultez notre politique de confidentialité ou contactez-nous.

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Cete adresse courriel a été définitivement supprimée de notre base de données. Si vous souhaitez vous réabonner avec cette adresse courriel, veuillez contactez-nous

Veuillez, s'il vous plaît, remplir le formulaire ci-dessous pour acheter:
[Title of the book, authors]
ISBN: [ISBN of the book]
Prix [Price of book]

Prénom
Nom de famille
Adresse (ligne 1)
Adresse (ligne 2) (optionnel)
Code postal
Ville
Pays
Province / État
Courriel
Téléphone (jour) (optionnel)
Notes

Merci d'avoir passé une commande. Nous vous contacterons sous peu.

Nous ne sommes pas en mesure de traiter votre demande pour le moment. Veuillez réessayer plus tard.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Veuillez remplir ce formulaire pour faire une demande de consultation. Une copie de cette liste vous sera également transmise.

Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins 2 semaines pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d’archives, etc.)
  • — au moins 48 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...