Le bonheur nous trouvera-t-il?

Qu’est-ce qui fait que vous vous sentiez chez vous? Faites-vous confiance à vos voisins? Croyez-vous que la préservation de l’environnement soit de votre ressort? Les évaluations subjectives du bien-être personnel affectent de plus en plus le design à différentes échelles, des spécifications matérielles aux politiques urbaines. Les soins autoadministrés du « selfcare » déplacent les soins administrés pour le bien commun, et le bonheur, autrefois principe sous-jacent du projet social-démocrate de l’après-guerre, devient une marchandise. Naviguant dans le courant qui va du bien-être collectif au bien-être individuel, ce numéro présente une « industrie heureuse » aussi vaste que son évasif sujet. Trouverai-je le bonheur? Le bonheur peut il me trouver? L’architecture soutient-elle ou entrave-t-elle cette quête?

Le titre de ce dossier est un clin d’œil au livre Will Happiness Find Me? de Peter Fischli et David Weiss.

Article 9 de 10

Faudrait-il s’inquiéter?

Un verre avec Houssam Elokda, Tomos Lewis, Anna Minton et André Spicer

Comment concevons-nous les villes à une époque où nos impressions sont sans cesse auscultées pour servir de base à un nouveau mode de production? Comment concevons-nous l’espace quand le langage dont nous nous servons a moins à voir avec les typologies architecturales et les proportions physiques qu’avec les états d’âme et les émotions? Premier acte d’une exploration en trois parties, l’exposition Nos jours heureux : Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel s’intéressait à la façon dont la soi-disant préoccupation pour le bonheur influe sur l’environnement bâti.

Il y avait de nombreuses questions inscrites sur les murs de Nos jours heureux, par exemple « les créateurs de classements sont-ils les nouveaux concepteurs de nos villes? ». Pour le deuxième acte, nous avons demandé à des architectes et penseurs de réagir aux thématiques soulevées au cours des recherches et de pousser plus loin la réflexion. Voici la question que nous avons posée à Reinier de Graaf (AMO), Dirk Somers (Bovenbouw), Stéphanie Bru et Alexandre Theriot (Bruther) et à Studio Jan Gehl, des architectes œuvrant dans différents contextes et engagés à des titres divers dans cette préoccupation pour le bonheur : Que devrions-nous faire s’ils veulent être heureux? Comment revoir le rôle de l’architecte dans ce système de nouvelles valeurs économiques et politiques?

Nous voilà au troisième acte. Nous invitons Houssam Elokda (directeur des opérations chez Happy City), Tomos Lewis (chef du bureau torontois de Monocle), Anna Minton (auteure de Big Capital) et André Spicer (professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School) à prendre un verre dans les salles. Dans cette dernière étape d’une réflexion plus large sur la préoccupation pour le bonheur, nous explorons des sujets liés au marché concurrentiel des classements, aux valeurs sous-jacentes à la production de données d’apparence objectives, mais aussi masquées par elles, aux fonctions nouvelles de la fluidité et de la friction dans la vie publique et à la quête du bonheur qui a modifié notre compréhension de l’environnement et nos attitudes envers lui. Pour débattre du rôle du bonheur dans la vie urbaine, nous nous interrogeons sur le fait de savoir si notre préoccupation pour le bonheur devrait perdurer ou être abandonnée. Nous porterions-nous mieux sans cet objectif de félicité pour nos villes?

Pause
00:00:00
00:00:00

Houssam Elokda, Tomos Lewis, Anna Minton et André Spicer se sont entretenus avec Francesco Garutti et Lev Bratishenko après la clôture de l’exposition Nos jours heureux : Architecture et bien-être à l’ère du capitalisme émotionnel.

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom
En vous abonnant, vous acceptez de recevoir notre infolettre et communications au sujet des activités du CCA. Vous pouvez vous désabonner en tout temps. Pour plus d’information, consultez notre politique de confidentialité ou contactez-nous.

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Cete adresse courriel a été définitivement supprimée de notre base de données. Si vous souhaitez vous réabonner avec cette adresse courriel, veuillez contactez-nous

Veuillez, s'il vous plaît, remplir le formulaire ci-dessous pour acheter:
[Title of the book, authors]
ISBN: [ISBN of the book]
Prix [Price of book]

Prénom
Nom de famille
Adresse (ligne 1)
Adresse (ligne 2) (optionnel)
Code postal
Ville
Pays
Province / État
Courriel
Téléphone (jour) (optionnel)
Notes

Merci d'avoir passé une commande. Nous vous contacterons sous peu.

Nous ne sommes pas en mesure de traiter votre demande pour le moment. Veuillez réessayer plus tard.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Veuillez remplir ce formulaire pour faire une demande de consultation. Une copie de cette liste vous sera également transmise.

Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins 2 semaines pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d’archives, etc.)
  • — au moins 48 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...