CCA c/o Buenos Aires

2020-2021

À compter du printemps de 2020, nous produirons à Buenos Aires, en collaboration avec Martin Huberman, une série de programmes publics et de projets de recherche. Martin Huberman est un architecte et commissaire qui conjugue sa pratique de conception expérimentale Estudio Normal et son rôle de directeur de Galería Monoambiente.

2020-2021 : Tu m’as rencontré à un moment étrange de mon existence

Tu m’as rencontré à un moment étrange de mon existence offre un regard introspectif sur l’architecture et l’étendue de son champ d’application pendant une période critique de la société argentine. Saisissant le passage du temps et la distance dans une perspective internationale, l’étude revisite les façons dont la profession a réagi au changement spectaculaire et rapide infligé à la tradition du développement immobilier qui est apparemment inscrite dans son ADN. Plutôt que de se concentrer sur les qualités organisationnelles, ou sur une représentation idéalisée et biaisée des caractéristiques locales du développement immobilier récent, le projet examine les aspects souvent invisibles de la pratique architecturale à Buenos Aires qui, par habitude ou pure extravagance, se retrouvent plutôt exclus du récit traditionnel.

Le vide

L’étude commence par une conversation virtuelle entre le politologue Pablo Touzón et l’économiste Alejandro Bercovich, alors qu’ils explorent la période géopolitique où l’Argentine a vu son mouvement de progrès effréné brutalement interrompu et où ses systèmes politiques, économiques, sociaux et financiers ont littéralement explosé. L’histoire se déroule à une époque où le vide s’insinuait partout.

Homo dolariensis

Transcrire l’histoire d’une profession qui est fondée – même si elle le nie – sur les piliers du monde financier souterrain, les bureaux de change, les chambres fortes et les coffres-forts est évidemment une tâche complexe. C’est aussi dans ces havres financiers que résident les prémisses de l’architecture. Loin du tableau et de la logique organisationnels, les débuts de l’architecture sont régis par un élément unique et divin, celui qui transforme l’argent comptant en bâtiments. Dans une représentation fictive mais précise, Dino Buzzi accompagne un héros dans un voyage où l’architecte abandonne sa candeur universitaire pour se transformer en promoteur immobilier proto-réel. Lorsque le pays a commencé à se remettre de la crise la plus dramatique de son histoire, toute la profession a fait le saut vers un développement immobilier mature.

Comparaison

(…) l’architecture de chacun [des] édifices vaut d’être étudiée pour l’éclairage qu’elle peut nous apporter quant aux aspirations et aux valeurs qu’ils symbolisent dans nos sociétés
— David Harris, L’Or et la pierre (CCA, 1990)

Les recherches de Juan Campanini, Josefina Sposito approfondissent et mettent en lumière l’histoire esthétique des grandes entités bancaires de Buenos Aires. Le quartier des affaires, où le héros de Buzzi poursuit son périple, est celui où l’architecture a créé la tradition bancaire de Buenos Aires. Décembre 2001 a brutalement sonné le glas des sièges sociaux des banques, des grands architectes et de sept décennies de conception d’une esthétique basée sur la confiance. En même temps qu’on assistait à quelques débordements dramatiques dignes d’un feuilleton latino-américain, l’impact de cette trahison, la plus grande trahison qui soit, a brisé près d’un siècle de tradition financière et généré l’exode massif de clients mécontents vers de nouvelles institutions plus fiables.

En quête d’un moyen de transfert, l’architecture a eu recours à une expression locale des actes de fiducie – appelée Fideicomiso – qui a conféré à la profession une compétence financière, particulièrement utile pour ceux qui cherchaient à se sauver, mais intéressant aussi pour ceux qui n’étaient plus capables de jouer sur le marché financier traditionnel. Se pourrait-il que le phénomène des transferts financiers, entre banques et immeubles, ne porte pas en lui une sorte de canon esthétique?

La tradition du développement immobilier

La crise a accéléré l’épanouissement d’une tradition moderniste qui a transformé la copropriété immobilière de Buenos Aires en l’un de ses plus grands laboratoires. L’histoire présente l’architecte comme quelqu’un qui a su prendre en compte les intérêts du client en matière de logement, tout en profitant d’une vague spéculative pour tester de nouvelles typologies d’habitat. Dans de nombreux cas, agissant presque comme garant de sa propre médecine, l’architecte était également locataire de ces bâtiments. L’équipe composée de Sebastián Adamo et Marcelo Faiden contredit l’hypothèse qui identifie la crise avec l’aubaine, et mène une investigation sur l’histoire architecturale récente de Buenos Aires.

Événements associés

CCA ailleurs, en anglais et espagnol, Lerma, Buenos Aires, 12 mars 2020, 19h
CCA ailleurs, en anglais et espagnol, Fundación PROA, Buenos Aires, 10 mars 2020, 15h

Article associé

1
1

Inscrivez-vous pour recevoir de nos nouvelles

Courriel
Prénom
Nom
En vous abonnant, vous acceptez de recevoir notre infolettre et communications au sujet des activités du CCA. Vous pouvez vous désabonner en tout temps. Pour plus d’information, consultez notre politique de confidentialité ou contactez-nous.

Merci. Vous êtes maintenant abonné. Vous recevrez bientôt nos courriels.

Pour le moment, notre système n’est pas capable de mettre à jour vos préférences. Veuillez réessayer plus tard.

Vous êtes déjà inscrit avec cette adresse électronique. Si vous souhaitez vous inscrire avec une autre adresse, merci de réessayer.

Cete adresse courriel a été définitivement supprimée de notre base de données. Si vous souhaitez vous réabonner avec cette adresse courriel, veuillez contactez-nous

Veuillez, s'il vous plaît, remplir le formulaire ci-dessous pour acheter:
[Title of the book, authors]
ISBN: [ISBN of the book]
Prix [Price of book]

Prénom
Nom de famille
Adresse (ligne 1)
Adresse (ligne 2) (optionnel)
Code postal
Ville
Pays
Province / État
Courriel
Téléphone (jour) (optionnel)
Notes

Merci d'avoir passé une commande. Nous vous contacterons sous peu.

Nous ne sommes pas en mesure de traiter votre demande pour le moment. Veuillez réessayer plus tard.

Classeur ()

Votre classeur est vide.

Adresse électronique:
Sujet:
Notes:
Veuillez remplir ce formulaire pour faire une demande de consultation. Une copie de cette liste vous sera également transmise.

Vos informations
Prénom:
Nom de famille:
Adresse électronique:
Numéro de téléphone:
Notes (optionnel):
Nous vous contacterons pour convenir d’un rendez-vous. Veuillez noter que des délais pour les rendez-vous sont à prévoir selon le type de matériel que vous souhaitez consulter, soit :"
  • — au moins 2 semaines pour les sources primaires (dessins et estampes, photographies, documents d’archives, etc.)
  • — au moins 48 heures pour les sources secondaires (livres, périodiques, dossiers documentaires, etc.)
...